Chargement Évènements

« Tous les Évènements

Journée scientifique – Innovation et développement durable – Appel à contribution

1 février @ 8:00 am - 30 mars @ 5:00 pm

Argumentaire

Justification

Cette journée scientifique, une initiative du Bureau des Travaux de Fin d’Études (BTFE) de HELP, vise à diffuser les travaux des étudiants. Elle met en lumière les boursiers de HELP devant des chercheurs expérimentés et des grandes entreprises en Haïti. Son objectif est aussi de sensibiliser à l’importance de la recherche dans la rentabilité et la performance financière des entreprises. Ceci est particulièrement vrai en ce qui concerne les innovations technologiques telles que l’intelligence artificielle et leurs implications sur le développement d’Haïti. Enfin, cette journée agit comme un catalyseur pour encourager les autorités et les responsables des institutions privées à investir dans la recherche pour un développement durable (DD) en Haïti.

Argumentaire

Selon Schumpeter (1975), l’innovation est au cœur de la croissance économique. Le développement durable, considéré comme une forme d’innovation, englobe les dimensions économiques, sociales, environnementales et culturelles. Ainsi, il concilie la croissance économique avec les préoccupations environnementales et sociales (Bouglet et al., 2011). Cette approche souligne que développement et innovation sont étroitement liés. « Le DD favorise l’innovation, qui à son tour insuffle le développement durable » (Bouglet et al., 2011, p. 20). On peut en déduire que le développement peut être analysé à la fois comme le résultat d’une série d’innovations et comme une source d’innovations futures (Bouglet et al., 2011). La définition de la Commission Mondiale de l’Environnement et du Développement (CMED citée par Parizeau, 2014), invite à prendre au sérieux le développement durable et à comprendre son opérationnalité en interrogeant les différentes orientations des actions liées à son concept. Le DD y est défini comme un :

Développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. Deux concepts sont inhérents à cette notion : le concept de « besoins » – et plus particulièrement des besoins essentiels des plus démunis, et à qui il convient d’accorder la plus grande priorité – et l’idée des limitations que l’état de nos techniques et de notre organisation sociale impose sur les capacités de l’environnement à répondre aux besoins actuels et à venir. Ainsi les objectifs du développement économique et social sont définis en fonction de la durée, et ce dans tous les pays – développés ou en développement, à économie de marché ou à économie planifiée. Les interprétations pourront varier d’un pays à l’autre, mais devront comporter certains éléments communs et s’accorder sur la notion fondamentale de développement durable et sur un cadre stratégique permettant d’y parvenir. (CMED, 1988, p. 5, cité par Parizeau, 2014)

En analysant cette définition, Parizeau (2014) souligne les dimensions non prises en compte par le concept de développement durable (DD), telles que les valeurs liées à la protection de la nature, la conservation de la biodiversité, la diversité culturelle, et la pluralité des conceptions du monde. Selon l’auteur, le discours sur le DD tend à marginaliser, voire à exclure, sa dimension intellectuelle, affective et morale, le réduisant ainsi à une approche technico-économique.

Les problématiques récentes dans les domaines de la santé, de l’éducation, de la culture et de l’environnement invitent à repenser le concept de développement et à promouvoir l’innovation. Par ailleurs, les crises contemporaines, comme la crise du COVID-19, la crise des années 70, et les différentes guerres en Europe, positionnent l’innovation comme un facteur clé de durabilité. Comme le souligne Paul (2023), l’innovation peut être comprise soit comme une construction de l’esprit, soit comme un changement. Dans le premier cas, elle désigne « tout objet conçu comme nouveauté, indépendamment de sa véritable nouveauté » (Roger, 1982, cité par Paul, 2023, p. 9). Dans le second cas, elle implique de rejeter l’existant pour imposer un nouveau système, alignée sur la notion de destruction créatrice de Schumpeter (1975). Paul (2023) précise que l’innovation, en tant que changement, peut opérer à trois niveaux : incrémental, radical et paradigmatique.

Tenant compte de la réalité économique, sociale et politique en Haïti et dans le monde, il apparaît que la conception actuelle du développement durable ne parvient pas à répondre aux inégalités socio-économiques inhérentes au système capitaliste. La question se pose alors : l’innovation paradigmatique pourrait-elle être envisagée sous l’angle de ce que l’on pourrait appeler l’écosocialisme ? Pour répondre à cette interrogation, il est nécessaire de comprendre la relation entre l’innovation et le développement durable, en examinant les différents types d’innovations, qu’elles soient économiques, sociales, politiques ou culturelles. Il est aussi crucial d’analyser les principes éthiques qui sous-tendent les modes d’innovation pouvant propulser le développement durable. Autrement dit, comment les innovations et le développement durable peuvent-ils être fondés réciproquement sur une base éthique et pratique ? Enfin, il est essentiel de comprendre la pertinence de l’innovation face aux changements climatiques, en s’interrogeant sur les types d’innovations susceptibles de garantir un bien-être socio-économique et environnemental dans un système qui valorise l’humanité dans sa plénitude. Ces réflexions sont au cœur des axes clés de notre journée scientifique.

Axe 1 : Innovations agricoles, économiques et développement agricole

Cet axe vise à explorer le lien entre les innovations économiques et agricoles dans le cadre du développement durable. Malgré une tendance générale à un manque d’innovations et à une forte résistance face à celles-ci (Larrieux, 2021), une étude récente de Paul (2023) met en lumière des modalités d’innovation et des stratégies susceptibles de stimuler le développement agricole en Haïti et d’avoir des répercussions sur l’économie globale. Il est donc crucial d’interroger les innovations économiques et leur rôle dans le développement agricole et durable, en particulier pour l’avenir d’Haïti.

Axe 2 : Innovations sociales et développement durable

Les innovations sociales telles que le microcrédit, les coopératives et l’économie sociale et solidaire (ESS) (Longtin et al., 2021) jouent un rôle significatif dans le développement des communautés locales. Une analyse approfondie des principes ou valeurs à la base de ces innovations, ainsi que de leur impact sur le développement durable, tant en Haïti que dans le monde, est nécessaire pour orienter les futures politiques haïtiennes. Il est donc essentiel de s’interroger sur la contribution de ces innovations sociales au développement durable et sur le rôle du développement humain dans le contexte actuel de la promotion de ces innovations.

Axe 3 : Innovation et responsabilité sociétale de l’entreprise (RSE)

La responsabilité sociale et environnementale des entreprises (RSE) est un sujet de plus en plus prégnant. Les entreprises sont incitées à intégrer les préoccupations sociales et environnementales dans leurs processus de production et de commercialisation (Combes, 2005). La question est alors de savoir comment l’innovation peut contribuer à cette responsabilité au sein des entreprises, particulièrement dans le contexte haïtien.

Axe 4 : Innovations juridiques et développement durable

L’évolution rapide des technologies et de l’intelligence artificielle pousse le système judiciaire à innover afin de résoudre les problèmes actuels auxquels il est confronté. Ces innovations juridiques nécessitent une collaboration entre diverses disciplines pour créer de nouvelles approches. Il est donc crucial de comprendre comment les innovations juridiques peuvent contribuer au développement durable.

Axe 5 : Réflexions éthiques sur le développement agricole, les systèmes alimentaires et la justice environnementale

L’éthique appliquée devient essentielle pour guider les activités de développement, particulièrement dans les domaines des systèmes alimentaires et environnementaux. La question de la justice est centrale pour une approche équilibrée du développement. Il sera donc nécessaire d’examiner les fondements éthiques sur lesquels devrait reposer la justice environnementale et alimentaire.

Axe 6 : Innovations, changements climatiques et développement durable

Les changements climatiques affectent toutes les sphères de l’activité humaine. Face à ce défi majeur et à ses graves conséquences, il est impératif de s’adapter ou de développer des mesures d’atténuation (Touzard, 2017). Cet axe examinera l’importance cruciale de l’innovation dans les stratégies d’adaptation et d’atténuation des effets des changements climatiques. Comment pouvons-nous innover pour nous adapter et atténuer ces effets ?

Axe 7 : Écosocialisme

Plusieurs auteurs, tels que Flipo (2012), Löwy (2002, 2002, 2013) et Martínez Andrade (2023), remettent en question la compatibilité du développement durable avec le système capitaliste. Ils suggèrent qu’un autre système économique et politique pourrait être nécessaire pour une planification économique, sociale et politique adaptée. Dans ce contexte, il serait intéressant d’interroger les fondements de l’écosocialisme comme moyen de construire une société de bien-être, en particulier dans le contexte d’Haïti. Cet axe vise donc à éclairer cette question cruciale.

Axe 8 : Intelligences Artificielles Génératives (IAGs)

Les IAGs posent de nouveaux défis en termes de principes de travail et d’éthique, tout en invitant à l’élaboration de nouvelles méthodologies. En Haïti, on attend des développements significatifs dans ce domaine. Cependant, il est essentiel de réfléchir aux impacts de cette innovation sur l’avenir du pays. Quels impacts les IAGs pourraient-ils avoir sur les différents secteurs d’activités en Haïti ? Comment devrions-nous les intégrer dans la dynamique sociétale ? Et quelles considérations éthiques devraient guider leur intégration, en prenant en compte notre relation au monde, à nous-mêmes et aux autres ?

Coordination de la journée

Bernardin LARRIEUX, doctorant en sciences humaines, philosophie pratique et éthique appliquée à l’Université de Sherbrooke (Udes) et au conservatoire national des arts et métiers (Cnam) ;

Gary DELICE, Directeur National à HELP ;

Smyrne SAINTIL et Sedrick SAINTUS, directrice et conseiller senior de la Direction des affaires étudiantes à HELP ;

Jean Bernard DURONE, Analyste des données au BTFE, master en Agroalimentaire et analyse des données ;

Ketsia DESPEIGNES, Assistante administrative à BTFE.

Comité scientifique :

Dr Bénédique PAUL, Agroéconomiste et membre du laboratoire de CHIBAS ;

Dr Neptune PRINCE, Dr en Urbanisme, professeur à l’UEH et Uniq ;

Jacky DUVIL, Doctorant en cotutelle internationale avec l’école doctorale Société et Environnement (EDSE), membre du laboratoire de l’Équipe de Recherche sur le Changement Climatique (ERC2), associée au LMI-CARIBACT : Aléas naturels, variabilité climatique et impacts dans le nord caraïbe, de l’Université Quisqueya (Haïti).

Bernadin LARRIEUX, doctorant en cotutelle en sciences humaines, philosophie pratique et éthique appliquée à l’Université de Sherbrooke (Udes) et au conservatoire national des arts et métiers (Cnam) ;

Jean Bernard DURONE, Analyste des données au BTFE, master en Agroalimentaire et analyse des données ;

Patrick ATTIE, Directeur Général de l’école Supérieure d’Infotronique d’Haïti (ESIH) (https://esih.edu/ )

Florenal JOSEPH, Docteur en biologie ;

Dr Ginel DORLEON, Docteur en Intelligence Artificielle, AI Research Scientist, SogetiLabs, Capgemini, Toulouse France

 

Calendrier

 

Événement Date
Date de publication 15 janvier 2024
Période de réception des propositions 1 février – 30 mars 2024
Notification d’acceptation 15 avril 2024
Journée scientifique Juin 2024

 

Les propositions d’articles, de posters et d’ateliers doivent être envoyés au tfe_assistant@uhelp.net, jedurone@uhelp.net et belarrieux@uhelp.net

Instructions pour la soumission des communications

Nous encourageons les participants à adhérer strictement aux directives suivantes pour faciliter le processus d’évaluation et pour maintenir un haut niveau de qualité académique.

  1. Format de Soumission :
  • Les propositions doivent être soumises sous forme de document Word ou PDF.
  • Utilisez une police standard (par exemple, Times New Roman) en taille 12, avec des marges d’au moins 2,5 cm.
  1. Structure du document :
  • Titre : Clair et concis, reflétant le contenu de la proposition.
  • Résumé : Maximum de 500 mots, décrivant l’objectif, la méthodologie, les résultats principaux et les conclusions de votre étude.
  • Mots-clés : Incluez 3 à 5 mots-clés pour faciliter l’indexation et la recherche.
  • Bibliographie : Liste de dix (10) références pertinentes, formatées selon les normes de l’APA (7e édition).
  1. Langues de soumission
  • Les propositions peuvent être rédigées en français, en anglais ou en créole.
  1. Critères de sélection
  • Les propositions seront évaluées sur la base de leur pertinence thématique, de leur originalité, de leur qualité scientifique et du respect des normes de l’APA.
  1. Processus de soumission
  • Envoyez votre proposition aux l’adresse email suivantes: tfe_assistant@uhelp.net, jedurone@uhelp.net et belarrieux@uhelp.net
  • Indiquez « Soumission pour la journée scientifique : Innovation et développement durable » dans l’objet de votre email.
  • Incluez dans le courriel vos coordonnées complètes (nom, affiliation, adresse email, numéro de téléphone).
  • Précisez votre modalité préférée de participation : en présentiel (à Port-au-Prince) ou en Visioconférence (sur Zoom)
  1. Délais importants
  • Date limite de soumission des propositions : 30 mars 2024
  • Notification d’acceptation : 15 avril 2024
  • Date de l’évènement 1er juin 2024
  • Modalité : Événement hybride (en présentiel à Port-au-Prince et en visioconférence sur Zoom)

Nous vous remercions pour votre intérêt et votre participation à notre événement. Pour toute question ou information supplémentaire, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse : tfe_assistant@uhelp.net

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Bouglet, J., Joffre, O., & Simon, É. (2011). Innovation et développement sociétal : Des interactions durables? Gestion 2000, Volume 28(2), 19‑32. https://doi.org/10.3917/g2000.282.0019

Combes, M. (2005). Quel avenir pour la responsabilité sociale des entreprises (RSE)? La RSE: l’émergence d’un nouveau paradigme organisationnel. Revue management et avenir, (4), 131-145.

Flipo, F. (2012). Vers un écosocialisme ? Entretien avec Michael Löwy. Mouvements, 70(2), 107‑113. https://doi.org/10.3917/mouv.070.0107

Larrieux, B. (2021), Changements climatiques et résistances anthropologiques et sociologiques aux nouveaux itinéraires techniques : Cas du Corridor Matheux. Université Catholique de Madagascar, Mémoire de master II.

Longtin, D., Nadeau, M., Salathé-Beaulieu, G., Tannouche-Bennani, S., & Théron, C. (2021). Résumé de la revue de la littérature et des pratiques sur l’évaluation des innovations sociales. https://www.rqis.org/wp-content/uploads/2022/01/Outils-evaluation-is-Recension-de-la-litterature-et-des-pratiques-Resume_VF-3.pdf,

Löwy, M. (2002). De Marx à l’écosocialisme. Écologie & politique, 24(1), 29‑41. https://doi.org/10.3917/ecopo.024.0029

Löwy, M. (2013). Sources et ressources de l’écosocialisme. EcoRev’, 41(2), 14‑16. https://doi.org/10.3917/ecorev.041.0014

Löwy, M. (2019). Décroissance, écosocialisme : Comment répondre à la question écologique ? Ballast, 7(1), 54‑69. https://doi.org/10.3917/ball.007.0054

Martínez Andrade, L. (2023). Les apports et les enjeux de l’écosocialisme hispanophone. Écologie & politique, 67(2), 149‑160. https://www.cairn.info/revue-ecologie-et-politique-2023-2-page-149.htm

Paul, B. (2023). Innovations agricoles et agroalimentaires en Haïti. PUA.

Parizeau, M.-H. (2014). Le développement durable et l’homo economicus : De l’occultation du concept de diversité culturelle. Éthique publique. Revue internationale d’éthique sociétale et gouvernementale, 16(1), Article 1. https://doi.org/10.4000/ethiquepublique.1360

Schumpeter, J.A. (1975), Capitalism, Socialism, and Democracy, New-York, Harper & Row Publishers (première édition 1942).
DOI : 10.4324/9780203202050

Touzard, J. M. (2017). Innover face au changement climatique. Innovations, (3), 5-13.

 

 

 

Détails

Début :
1 février @ 8:00 am
Fin :
30 mars @ 5:00 pm

Lieu

Port-au-Prince
Port-au-Prince Haiti